salon de la pêche et de l’aquaculture

7e Salon international de la pêche et de l’aquaculture : Début d’une session de formation sur les techniques de pêche modernes

Une session de formation sur les techniques modernes de la pêche s’est ouverte samedi à Oran, en marge du 7e Salon international de la pêche et de l’aquaculture, avec la participation de 20 cadres de 11 pays arabes. Le directeur général de la pêche et de l’aquaculture, Tahar Hammouche a réitéré, dans son allocution d’ouverture, «l’engagement de la tutelle à mettre l’expérience des écoles et instituts de formation dans le domaine de la pêche et de l’aquaculture, ainsi que les recherches du Centre national de recherche et de développement de la pêche et l’aquaculture (CNRDPA), à la disposition de nos frères des pays arabes membres de l’Organisation arabe pour le développement agricole (OADA), en vue d’améliorer le niveau de formation, de maîtrise technique et scientifique et de la gestion durable des ressources halieutiques. Les participants à cette rencontre de six jours bénéficieront d’une formation théorique et pratique sur les techniques et méthodes modernes de la pêche, et seront encadrés par un staff pédagogique qualifié, avec des moyens modernes, notamment des dispositifs de simulation de pêche et de navigation maritime à bord du navire école «Toufik» appartenant à l’Institut national supérieur des pêches et de l’aquaculture d’Alger (INSPA), ajoute le même responsable. Deuxième du genre après celle organisée en 2015, la formation permettra aux participants d’avoir une meilleure connaissance et maîtrise du pilotage des navires et des techniques modernes de la pêche, a-t-on précisé. Pour sa part, le Directeur général de l’OADA, Ibrahim El-Dukhiri a souligné que «l’organisation misait énormément sur le secteur de la pêche et de l’aquaculture, ce qui l’a amené à mettre en place une stratégie pour l’aquaculture en eaux douces (2017-2037», relevant que l’Algérie était un pays «leader en la matière, et les participants à cette formation pourront mieux se former sur les techniques modernes utilisées en matière de pêche, et tirer profit de l’expertise des cadres de l’INSPA». Il a ajouté que cette formation permettra d’initier les participants aux techniques et méthodes modernes de pêche, ce qui permettra de développer ce secteur dans plusieurs pays arabes». L’OADA, ajoute M. El-Dukhiri, dispose d’une stratégie de développement agricole (2005-2025) à laquelle des amendements ont été apportés et qui sont liés, notamment au climat et à l’environnement. Ces stratégies se veulent être le point de départ des programmes de l’OADA destinées à ce secteur vital, vu l’importance qu’il revêt pour la sécurité alimentaire arabe», a indiqué M. El-Dukhiri soulignant que «les pays arabes continuent d’importer une grande partie de leurs produits alimentaires, hors de la région, malgré les grandes capacités et potentialités qu’elle recèle». De son côté, le représentant de l’Organisation mondiale de l’agriculture et de l’alimentation (FAO) en Algérie, Nabil Assaf, a indiqué que la FAO est sur le point d’élaborer un cadre stratégique de coopération avec l’Algérie en vue de tracer les priorités pour les quatre prochaines années.
«Il y a également un projet de coopération entre la FAO et l’OADA pour améliorer les secteurs de la pêche et de l’agriculture d’une manière générale», a-t-il ajouté. Cette session de formation est organisée à l’initiative du ministère de l’Agriculture, du développement rural et de la pêche en coordination avec l’OADA.