Police

7000 policiers mobilisés à Alger pour ramadhan

Les services de la sûreté de wilaya d’Alger ont mobilisé, à l’occasion du mois sacré, quelque 7000 policiers, tous grades confondus, pour sécuriser les grands centres commerciaux et les espaces et places publics, ainsi que pour les 1045 centres d’examen de fin d’année scolaire (différents cycles), a indiqué samedi un communiqué de la sûreté de wilaya. « En prévision du mois sacré, les services de la sûreté de wilaya d’Alger ont mobilisé quelque 7000 policiers, tous grades confondus, afin de sécuriser les grands centres commerciaux et les espaces et places publics, les marchés et les gares routières, y compris le tramway et le métro, ainsi que 1045 centres d’examen, de collecte et de correction des épreuves de fin d’année (différents cycles) », a précisé le communiqué. La nouveauté du dispositif sécuritaire arrêté pour le ramadhan réside dans la mise en place de 73 patrouilles pédestres, de 02 à 03 éléments de police chacune aux niveaux des grands boulevards relevant de la compétence de la sûreté de chaque circonscription administrative et la destination de 2332 agents, sur l’ensemble des effectifs mobilisés, à la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes afin d’assurer la sécurité du citoyen, a ajouté la même source. Les services de la sûreté de wilaya d’Alger œuvreront, en outre, au renforcement des dispositifs sécuritaires de la Sûreté publique en charge de la régulation de la circulation routière en veillant à la réduction des accidents de la route au niveau des différents axes, y compris les autoroutes notamment juste avant l’Iftar, ainsi que le renforcement des patrouilles motorisées au niveau des grands axes autoroutiers. Ces mesures s’inscrivent dans le cadre de la stratégie adoptée par la Direction générale de la sûreté nationale lors de chaque occasion, notamment durant le Ramadhan, visant à anticiper toute tentative d’agression contre les lieux d’affluence des citoyens à travers tout le territoire de la compétence de la sûreté de la wilaya d’Alger, conclut le communiqué.

Saisie de plus de 10 kg de kif traité à Alger
Les services de sûreté de wilaya d’Alger ont procédé, récemment, à la saisie de plus de 10 kg de kif traité et quelques 1700 comprimés psychotropes suite à des descentes menées dans différents points noirs et lieux suspects, a indiqué, samedi, un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). « Afin de resserrer l’étau sur les réseaux criminels qui menacent la sécurité des citoyens et de leurs biens, les éléments de la sûreté de wilaya d’Alger ont effectué récemment des descentes dans différents quartiers, notamment les points noirs et lieux suspects, qui se sont soldées par la saisie de plus de 10,330 kg de kif traité et 1695 comprimés psychotropes », précise la même source. Ces opérations, qui s’inscrivent dans le cadre de la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes menée par la DGSN, se sont soldées, par ailleurs, par la saisie de 42 armes blanches de différents types et tailles, a conclu le communiqué.

Un homme aux «agissements étranges» crée la panique à la gare de Marseille
La gare Saint-Charles de Marseille (sud-est de la France) a été évacuée et le trafic ferroviaire interrompu pendant plusieurs heures samedi après l’interpellation d’un homme aux « agissements étranges », a indiqué la police. Vers 15H45 locales (13h45 GMT), la gare – fermée depuis un peu plus de midi pour permettre à une équipe de déminage de procéder à des vérifications – s’apprêtait à rouvrir, a annoncé un porte-parole de la police cité par l’AFP. Cette intervention fait suite à l’interpellation vers midi par la police d’un homme dont le comportement « étrange » avait été signalé par une voyageuse à des militaires en patrouille dans le cadre d’une opération de surveillance des lieux publics, mise en place après les attentats de janvier 2015 en France. La police judiciaire saisie de l’enquête procède aux vérifications concernant l’homme qui refuse de décliner son identité, a indiqué une source proche de l’enquête. Il n’a opposé « aucune résistance lors de son interpellation », a précisé une autre source policière.

Crash aérien à Cuba: le bilan passe à 110 morts et trois blessés
Le crash d’un avion de ligne intérieure vendredi à Cuba a causé la mort de 110 personnes, dont onze étrangers, et trois blessés, selon un nouveau bilan annoncé samedi par le ministre des Transports Adel Yzquierdo. Le ministre a précisé devant la presse que parmi les 110 morts figurent 99 Cubains, six membres d’équipage mexicains et cinq passagers étrangers. Le précédent bilan des autorités faisait auparavant état de trois survivants parmi 110 passagers.

Un Burkinabè battu à mort par des ados en France
Un ressortissant burkinabè de 32 ans est décédé vendredi soir dans la ville de Pau (sud-ouest de la France), après avoir été roué de coups en pleine rue par une bande d’adolescents, ont indiqué samedi les autorités locales. L’agression s’est produite aux alentours de 19H00 locales dans un quartier populaire de la ville où résidait la victime. « L’homme est décédé vendredi en pleine rue d’un quartier de Pau à la suite d’une rixe collective dirigée contre lui », a indiqué la procureur de la République de Pau, Cécile Gensac, confirmant une information de la radio France Bleu Béarn. « Une enquête de flagrance a été ouverte pour faire la lumière sur les circonstances exactes de la mort.
Une autopsie du corps de la victime aura lieu à l’institut médico-légal de Toulouse » (sud-ouest), a-t-elle ajouté. Des témoins, qui avaient alerté les secours, ont été entendus par la police, a précisé la magistrate. Selon eux, la victime aurait été rouée de coups par une douzaine de mineurs. Les secours arrivés sur place rapidement n’ont pas pu réanimer la victime.

114 Palestiniens tués par les forces israéliennes depuis lundi
Trois Palestiniens qui ont été blessés par les forces d’occupation israéliennes le 14 mai dernier lors des manifestations dans la bande de Ghaza, ont succombé samedi à leurs blessures, portant à 114 morts le bilan des agressions israéliennes dans l’enclave palestinienne, ont indiqué des sources médicales. « Environ 12 000 personnes ont été blessées dont 50 sont dans un état critique », a déclaré Ashraf al-Qedra, porte-parole du ministère de la Santé de Ghaza. Dans un communiqué de presse officiel, les Palestiniens ont accusé les forces israéliennes d’utiliser des armes internationalement interdites. Depuis un mois et demi, des milliers, parfois des dizaines de milliers de Palestiniens manifestent contre le blocus israélien depuis onze ans et pour le droit des Palestiniens à revenir sur les terres dont ils ont été chassés après la Nakba en 1948. Ils manifestaient en outre contre le déménagement de l’ambassade des Etats-Unis à al-Qods occupée.