Put

7 clubs sur 16 ont gardé leurs entraîneurs : Instabilité quand tu nous tiens

C’est devenu une habitude dans le championnat algérien. Rares sont les entraîneurs qui parviennent à garder leurs places sur le banc de leurs équipes respectives du début jusqu’à la fin de saison.

Leur mouvement dans ce registre a battu tous les records lors du défunt exercice avec plus d’une quarantaine de changements. Pour la saison prochaine, ils seront a priori sept techniciens sur seize à rester en poste au coup d’envoi de l’exercice 2017-2018 prévu pour les 25 et 26 août prochains. Un peu moins de la moitié des clubs de l’élite ont ainsi opté pour la stabilité, du moins en cette phase de préparation des formations algériennes en vue de la prochaine édition du championnat.
Première remarque : deux clubs ayant terminé sur le podium, ont logiquement renouvelé leur confiance en leur entraîneur.
Mieux, le champion sortant, l’ES Sétif, a fait signer un contrat de quatre ans à son jeune entraîneur, Kheireddine Madoui, dont le retour sur le banc sétifien au milieu de la saison passée fut tout simplement gagnant.
Il faut dire que malgré les convoitises de la FAF qui a souhaité intégrer Madoui dans le staff technique de la sélection nationale première que dirige le coach espagnol, Lucas Alcaraz, le président de l’Entente, Hassen Hamar, n’y a pas abdiqué, et a réussi à convaincre l’architecte du trophée de la Ligue des champions africaine remporté par l’Aigle Noir en 2014, à poursuivre l’aventure avec le club de ses premières amours.L’USMA, qui a terminé à la troisième place au championnat de l’exercice passé, semble avoir retenu la leçon après avoir procédé à trois changements au niveau de la sa barre technique lors de l’exercice précédent.
Cette fois-ci, les responsables usmistes ont décidé, eux aussi, de renouveler leur confiance à leur entraîneur belge, Paul Put, surtout après les très belles prestations de leur équipe lors des derniers matchs de la phase de poules de la Ligue des champions d’Afrique, couronnées par une qualification méritée aux quarts de finale. Les autres clubs qui vont débuter la nouvelle saison avec les mêmes entraineurs en place depuis la fin de la saison passée sont : le CS Constantine (Abdelkader Amrani), la JS Kabylie (Mourad Rahmouni), l’O Médéa (Ahmed Slimani), le Paradou AC (Josep Maria Nogues), et l’USM Bel-Abbès (Si Tahar Cherif El-Ouezzani), bien que ce dernier n’a pas tranché définitivement sur la prolongation de son contrat.
En revanche, ils seront neuf formations à se présenter avec un nouvel entraîneur sur le banc lors de l’exercice 2017-2018, à commencer par le vice-champion d’Algérie, le MC Alger, qui a opté pour un nouveau changement. Elle a mis fin aux fonctions de Kamel Mouassa, qui avait pourtant permis à son équipe de valider son billet pour les quarts de finale de la coupe de la CAF en septembre prochain, ainsi qu’à l’édition à venir de la Ligue des champions d’Afrique.
Les autres clubs ayant changé leurs entraîneurs sont : l’USM El-Harrach (Younes Ifticène), le MC Oran (Mouaz Bouakkaz), l’US Biskra (Omar Belatoui), le NA Hussein-Dey (Nabil Neghiz), la JS Saoura (Foued Bouali), et le DRB Tadjenanet, en attendant que le CR Belouizdad, et l’USM Blida qui vient déjà de se séparer de Farid Zemiti qui a préféré claquer la porte après moins de deux semaines de travail avec le club.
H. S.