3 640 mines datant de l’ère coloniale détruites le mois dernier par l’ANP

Un total de 3 640 mines datant de l’ère coloniale ont été découvertes et détruites tout au long des frontières Est et Ouest du pays par les unités de l’Armée nationale populaire (ANP) durant le mois de juillet 2014. Il s’agit de 449 mines antipersonnel et 619 mines anti-groupes au niveau de la 2ème Région militaire, 2 520 mines antipersonnel, 39 mines anti-groupes et 13 mines éclairantes au niveau de la 5ème Région militaire. Cela porte le total général des mines découvertes et détruites à la date du 31 juillet 2014, à 740 955 mines, soit 624 342 mines antipersonnel, 112 072 mines anti-groupes et 4 541 mines éclairantes, a-t-on précisé de même source.

La FAA interdit aux vols commerciaux le survol de la Syrie
L’Agence fédérale de l’aviation (FAA) a décidé d’interdire lundi aux avions commerciaux américains le survol de la Syrie en raison du conflit qui y fait rage. « Les groupes extrémistes armés en Syrie sont connus pour être équipés d’armes antiaériennes qui peuvent faire peser une menace sur l’aviation civile », explique la FAA, qui avait déjà interdit le survol de l’Irak aux avions américains le 8 août. « Les groupes d’opposition ont déjà réussi à abattre des avions militaires syriens en utilisant ce type d’armes pendant le conflit » qui ensanglante la Syrie depuis près de trois ans et demi. L’interdiction vise « toutes les compagnies américaines et tous les opérateurs commerciaux », mais il n’a pas été précisé combien d’avions exactement étaient touchés par cette mesure. La Syrie, comme l’Irak, se trouve sur le chemin que peuvent emprunter les longs courriers entre l’Europe et le Moyen-Orient ou l’Asie.

Le navire-école «Soummam 937» accoste le port d’Alger
Le navire-école « Soummam 937″ a accosté lundi le port d’Alger après sa participation à la campagne d’instruction « Eté 2014″, lancée le 12 juillet dernier. À cette occasion, le commandant des Forces navales, le général major Malek Necib, a inspecté les carrés des élèves, l’équipage et le navire. La campagne d’instruction « Eté 2014″ a duré 64 jours dont 41 jours de navigation et 23 jours d’escales au niveau de six ports étrangers et deux ports nationaux. Étaient à bord du navire 91 élèves officiers dont 30 femmes de l’École supérieure de la marine « le moudjahid Mohamed Boutighane » et un élève tunisien dans le cadre de la coopération militaire entre les deux pays.

Avoir de bonnes relations de voisinage réduirait le risque de faire une crise cardiaque
Une étude américaine publiée mardi estime qu’avoir de bonnes relations de voisinage et vivre dans une ambiance de cohésion sociale pourraient réduire le risque de faire une crise cardiaque. Alors que des études ont déjà montré que le bruit, la pollution ou la densité des restaurants fast food dans un quartier donné pouvaient avoir un impact négatif sur la santé cardiovasculaire, une équipe de chercheurs dirigée par Eric Kim, de l’université du Michigan, s’est intéressée à ce qui pourrait avoir un effet protecteur au niveau des relations interpersonnelles. L’étude a été publiée dans la revue Journal of Epidemiology and Community Health, qui dépend du groupe British Medical Journal (BMJ). Pendant quatre ans, les chercheurs ont étudié plus de 5 000 adultes âgés en moyenne de 70 ans (dont deux tiers de femmes) et qui n’avaient pas de problème cardiaque connu au début de l’étude. Ces derniers ont été invités à évaluer, sur une échelle de 7 points, leur sentiment d’appartenance à la communauté, l’existence de voisins susceptibles de les aider en cas de problèmes ou encore leur confiance dans la majorité des habitants du quartier. Les chercheurs leur ont également demandé s’ils trouvaient ces derniers amicaux. En analysant les 148 décès intervenus à la suite de crises cardiaques pendant la durée de l’étude, ils ont montré que les personnes ayant le score le plus élevé sur l’échelle de 7 avaient un risque de crise cardiaque réduit de 67% par rapport à ceux ayant déclaré le score le plus faible.

Inondations et glissements de terrain au Népal et en Inde : plus de 150 morts
Plus de 150 personnes sont mortes dans les inondations et les glissements de terrain au Népal et dans le nord de l’Inde, tandis qu’un grand nombre de personnes sont portées disparues, ont annoncé lundi les autorités locales. Le Népal a été le plus touché, avec la mort confirmée de 105 personnes, après que les pluies torrentielles aient entraîné glissements de terrain et inondations, dévastant des villages entiers, une « tragédie nationale », a déploré le Premier ministre népalais, Sushil Koirala. Tandis que 136 personnes sont portées disparues, les autorités tentent d’éviter une épidémie de choléra après l’apparition, chez certains survivants, de symptômes de cette maladie potentiellement mortelle. Cette catastrophe intervient deux semaines après un glissement de terrain meurtrier dans le nord-est du Népal provoqué par les pluies de mousson qui avaient fait 156 morts. Dans l’Etat indien voisin d’Uttar Pradesh, les inondations ont fait au moins 48 morts, tandis que quelque 500 000 personnes ont dû quitter leur foyer, a indiqué le responsable des opérations de secours, KS Bhadoriya.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>