Kif

120 kg de kif traité saisis à Aïn Defla, Béchar, Tlemcen, et Oran

Cent-vingt (120) kilogrammes de kif traité ont été saisis vendredi par des détachements de l’Armée nationale populaire (ANP), en coordination avec des éléments de la Gendarmerie nationale et des Gardes-frontières à Ain Defla, Bechar, Tlemcen, et Oran, indique samedi dernier un communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN). «Dans le cadre de la lutte contre la contrebande et la criminalité organisée, des détachements de l’Armée nationale populaire en coordination avec des éléments de la Gendarmerie nationale et des Gardes-frontières ont saisi, le 14 juin 2019, à Ain Defla (1ère Région militaire), Bechar (3e RM), Tlemcen, et Oran (2e RM), 120 kilogrammes de kif traité», précise le communiqué. D’autre part, un détachement de l’ANP «a intercepté à Tamanrasset (6e RM), quatre (4) orpailleurs et saisi deux (2) groupes électrogènes et trois (3) marteaux piqueurs, tandis que des éléments de la Gendarmerie nationale ont arrêté à Khenchela (5e RM), une (1) personne et saisi un (1) fusil de chasse et une quantité de munitions», note la même source. Par ailleurs, «dix (10) immigrants clandestins de différentes nationalités ont été appréhendés à Ain Salah (6e RM) et Tébessa (5e RM)», ajoute le communiqué.

Le multilatéralisme, thème du 75e anniversaire de l’ONU en 2020
L’Assemblée générale des Nations-Unies (AGNU) a annoncé vendredi, que le 75e anniversaire des Nations-Unies, en 2020, sera célébré sur le thème «L’avenir que nous voulons, l’ONU qu’il nous faut: réaffirmons notre attachement au multilatéralisme». Dans le préambule de la résolution adoptée sans vote, l’Assemblée générale se dit consciente de la nécessité de promouvoir et de renforcer le multilatéralisme et réaffirme, à cet égard, le rôle «central» que joue l’ONU. Le thème de la 75e session sous-tendra toutes les activités, réunions et conférences organisées par l’ONU en 2020, y compris le débat général. Le 21 septembre 2020, à New York, se tiendra une réunion de haut niveau au niveau des chefs d’état et de gouvernement, à l’issue de laquelle sera adoptée une déclaration «concise, concrète, unificatrice et tournée vers l’avenir, qui exprimera l’attachement collectif des états Membres au multilatéralisme et à l’ONU et leur vision d’un avenir commun». L’anniversaire de la signature de la Charte des Nations-Unies, le 26 juin 2020 et la Journée des Nations-Unies, le 24 octobre, seront célébrés au siège de l’ONU, à New York, par d’importantes cérémonies ouvertes aux états Membres, aux observateurs et aux ONG dotées du statut consultatif auprès de l’ECOSOC. L’Assemblée s’est félicitée de la décision du Secrétaire général de charger une personne de son Cabinet de coordonner toutes les activités organisées au sein du système des Nations-)Unies, à l’occasion du 75e anniversaire de l’ONU, en suivant une approche cohérente et inclusive et une stratégie de communication et d’information à l’échelle mondiale. Pour l’Union européenne (UE), cet anniversaire est une «occasion unique» de réaffirmer notre engagement commun au multilatéralisme et à un ordre international fondé sur des règles, avec l’ONU en son coeur.
L’UE a dit s’attendre à des commémorations qui engagent activement non seulement l’ensemble des états Membres, mais également un large éventail de la société civile, des jeunes et d’autres acteurs concernés tout au long de l’année.
Un engagement «ferme et actif» de la société civile et des acteurs non gouvernementaux est essentiel, indique-t-on, pour que tous les citoyens puissent contribuer à déterminer «L’avenir que nous voulons, l’ONU qu’il nous faut».

Le prix du chef de l’état «Ali Maâchi» décerné à 24 jeunes talents
Le prix du chef de l’état «Ali Maâchi» pour les jeunes créateurs a été décerné, jeudi, à 24 lauréats lors d’une cérémonie organisée à l’Opéra d’Alger où quatre artistes ont été honorés par la ministre de la Culture, Meriem Merdaci. Ont pris part à cette cérémonie des membres du gouvernement, dont les ministres de la Communication, de la Jeunesse et des sports et de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, respectivement Hassane Rabhi, Raouf Bernaoui et Tayeb Bouzid ainsi que des directeurs d’établissements culturels algériens. L’homme de théâtre, Abdelhamid Habati, le musicien Boualem Rahma et la plasticienne Fatiha Bisker et le cinéaste Mohamed Cherfaoui ont été distingués par le ministère de la Culture, avec la collaboration de l’Office national des droits d’auteur et des droits voisins (ONDA) pour leurs parcours artistiques remarquables. Dans la catégorie du roman, le prix Ali Maâchi a été décernée à Benlekhal Nesrine, Smaïl Mohamed et abderrezak Touahria. Les trois prix de la catégorie poésie ont été remportés par Boufta Ahmed, Benamar Mosaeb Takieddine et Aïcha Beldjilali. Pour ce qui est de l’interprétation théâtrale, le premier prix est revenu à Hantour Ghania, le deuxième à Hicham Guergah et le troisième à Haouas Mohamed. Smaïn Azzedine et Lounès Sabrina ont remporté respectivement les deuxième et troisième prix de la mise en scène théâtrale. Le premier prix n’a pas été décerné dans cette catégorie.

Le cannabis comestible disponible à la vente en décembre au Canada
Le gouvernement canadien a annoncé vendredi, que des produits comestibles à base de cannabis seront vendus dans le pays dès la mi-décembre, mais les produits susceptibles de plaire aux enfants, comme les bonbons ou les sucettes, ne pourront pas en contenir. Les nouvelles réglementations, qui entreront en vigueur comme prévu un an après la légalisation du cannabis à usage récréatif le 17 octobre 2018, concernent également les extraits de cannabis et les produits à usage dermatologique. Ces produits ne seront cependant pas disponibles en magasin ou en ligne avant décembre, en raison d’un délai règlementaire de 60 jours pour leur approbation, ont indiqué aux journalistes des responsables gouvernementaux lors d’un briefing téléphonique. Des règles strictes pour limiter l’attractivité des produits dérivés du cannabis auprès des jeunes devront être respectées, parmi lesquelles l’obligation d’adopter des emballages neutres et difficiles à ouvrir, ou encore la restriction de certains ingrédients, colorants et parfums. «La réglementation modifiée est la prochaine étape visant à réduire les risques pour la santé et la sécurité publiques associés au cannabis comestible, aux extraits de cannabis et au cannabis (à usage dermatologique, ndlr) et de supplanter le marché illégal de ces produits au Canada», a déclaré dans un communiqué Bill Blair, ministre de la Sécurité frontalière et de la Réduction du crime organisé. Selon cette nouvelle réglementation, les aliments ou boissons infusés au cannabis ne pourront pas contenir plus de dix milligrammes de THC, principale substance psychoactive de la plante. Pour les extraits de cannabis et les produits à usage dermatologique, la dose maximale autorisée sera de 1.000 milligrammes par emballage. Les autorités recommandent néanmoins aux nouveaux consommateurs de ne pas consommer des aliments ou boissons comportant plus de 2,5 milligrammes de THC. Les producteurs et distributeurs de ces produits ne pourront pas mettre en avant d’éventuels bénéfices pour la santé ou le régime, et ne pourront pas non plus associer le cannabis à des boissons alcoolisées. Plusieurs entreprises ont déjà commencé à développer de la bière au cannabis, par exemple, mais la nouvelle réglementation en prohibera donc la vente. Environ 5,4 millions de Canadiens ont acheté du cannabis depuis la légalisation en octobre 2018, dont 600 000 en ayant récemment essayé pour la première fois, selon les chiffres de l’agence fédérale de la statistique.

Les jeunes femmes, nouvelle cible de la propagande de l’EI
Le terrorisme accorde désormais plus d’importance au rôle des jeunes femmes nées autour des années 2000, qui constituent la nouvelle cible de la propagande du groupe terroriste autoproclamé «état islamique» (EI/Daech), a déclaré vendredi, Europol. L’agence européenne de coopération entre les polices criminelles, basée à La Haye, a dressé lors de la publication d’un rapport un portrait robot des femmes visées par la communication du groupe terroriste état islamique, à la recherche de recrues après la chute en mars de son dernier bastion. «Nous parlons en particulier de millénaires», a déclaré Manuel Navarette, directeur du Centre européen de lutte contre le terrorisme (ECTC, selon son acronyme en anglais) d’Europol.
«La propagande de l’EI est axée sur les femmes âgées de 16 à 25 ans, un groupe plus vulnérable à ces activités et qui ont accès aux réseaux sociaux. DAECH s’est adapté à la nouvelle cible», a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse.